De Donnea à Yaoundé pour parler de transhumance transfrontalière

Du 10 au 12 juillet 2023, François-Xavier de Donnea a participé à la 2e Conférence internationale des Ministres sur la Transhumance Transfrontalière à Yaoundé au Cameroun.

Celle-ci visait à concrétiser et à renforcer la « Déclaration de N’Djamena » qui clôtura en janvier 2019 la première Conférence sur la Transhumance transfrontalière organisée à N’Djamena par F-X. de Donnea alors Facilitateur du PFBC.

Dans l’exposé qu’il a fait le 11 juillet, le Ministre d’Etat a mis l’accent sur les objectifs de la conférence :

« Cette Conférence ministérielle fera l’inventaire de l’évolution de la transhumance transfrontalière entre le Sahel et le Soudan d’une part et le Bassin du Congo d’autre part .
Elle devra aussi inventorier les mesures prises depuis janvier 2019 par les États de la sous-région précitée pour mieux organiser , sécuriser et canaliser les flux de transhumance Nord-Sud. Elle établira une feuille de route pour les prochaines années.
La déclaration de N’Djamena de janvier 2019 a souligné l’assise socio-culturelle de la transhumance originaire du Sahel et du Soudan qui contribue de longue date aux équilibres économiques et alimentaires des régions sahéliennes et de leur périphérie ».

Et de rappeler aussi les effets cumulés sur les dynamiques de la transhumance Nord-Sud :

  1. des changements climatiques qui aggravent l’aridité des principales zones de pâturages dans les régions sahéliennes,
  2. de l’accroissement des investissements financiers dans les cheptels qui contribue à l’augmentation de la taille et du nombre des troupeaux transhumants,
  3. de la persistance de foyers terroristes et de conflits armés dans plusieurs zones de la région,
  4. de la forte croissance démographique dans les pays sahéliens.

En raison de ces phénomènes, les dynamiques des transhumances entre le Sahel et le Bassin du Congo menacent les perspectives de développement socio-économique, de la paix et de la sécurité, ainsi que de la conservation des forêts et de la biodiversité dans les zones où elles ne sont pas suffisamment encadrées.
Ce constat est de plus en plus valable à ce jour.

FX. de Donnea

En tant que président d’African Parks Congo et du conseil d’administration du parc de la Garamba, le Ministre d’Etat est bien placé pour constater les pressions qu’exercent divers groupes de transhumants et de migrants sahéliens sur le Nord de la province du Haut Uele, ainsi que sur la biodiversité et les pâturages du parc de la Garamba.

« En juin 2022, j’ai visité dans la province du Bas Uele le quartier général de la réserve naturelle de Bili-Uere. J’y ai enregistré les sérieuses inquiétudes des responsables de la réserve face à la pression croissante de transhumants y entrant par la République centrafricaine.

Les gouvernements d’Isiro et de Buta, chefs-lieux de ces deux provinces, partagent ces inquiétudes. Les tensions entre les populations locales et les transhumants et migrants étrangers sont de plus en plus fréquentes et vives au fil du temps ».

A mon avis des flux croissants de transhumants, fuyant les problèmes climatiques et sécuritaires du Sahel, constituent à terme la plus grave menace pesant sur l’intégrité des forêts du Bassin du Congo, sur leur biodiversité et sur le bien-être de leurs habitants et riverains.

FX. de Donnea

« Pour y remédier, il est impératif que les États concernés s’accordent pour prendre des mesures d’encadrement et de sécurisation de la transhumance, notamment dans le cadre d’accords transfrontaliers. Par exemple, un accord de coopération RDC-Sud Soudan s’impose de toute urgence, pour assurer l’avenir des parcs de la Garamba , en RDC et de Lantoto, au Sud Soudan. Dès que possible un accord similaire RDC-RCA devra aussi être conclu ».

Et de souhaiter que cette Conférence produise une feuille de route très ambitieuse pour les prochaines années.

FX. de Donnea avec Juliette Biao, Directrice du Secrétariat du Forum des Nations Unies sur les Forêts.

Fin de la Présidence du CFDD pour F-X. de Donnea

Le 30 juin dernier, le mandat de François-Xavier de Donnea en tant que Président du Conseil Fédéral du Développement Durable a pris fin.

Le Ministre d’Etat aura présidé le Conseil d’octobre 2018 à juin 2023.

Dans la lettre de remerciements (voir annexe) que lui a adressée Mme Zakia Khattabi à l’occasion de son départ, la ministre du climat, de l’environnement, du Développement durable et du Green Deal souligne notamment :

François-Xavier de Donnea continuera à s’investir dans les projets de protection de la nature et de développement durable, notamment en tant que Président du parc de la Garamba et Administrateur du Parc des Virunga en République démocratique du Congo.

Lire la lettre :

F-X. de Donnea dénonce l’insécurité dans les parcs des Virunga et de la Garamba

En visite à Kinshasa pour assister aux Conseils d’administration des parcs nationaux de la Garamba et des Virunga, François-Xavier de Donnea a été reçu en audience par le Ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Jean-Pierre Bemba, (photo ci-dessus), auprès de qui il a dénoncé l’insécurité qui régnait dans les deux réserves naturelles.

Compte rendu par Aurore Mudiayi Bukassa pour Belga.

« Les milices locales et les terroristes du M23 créent l’insécurité dans les parcs de Virunga et de Garamba, en République démocratique du Congo (RDC) », a dénoncé François-Xavier de Donnea, administrateur belge de ces parcs, reçu en audience mardi à Kinshasa, au ministère congolais de la Défense nationale.

« Nous essayons de sécuriser autant que possible la population locale. Pour le moment, nous sommes essentiellement victimes d’attaques des Maï-Maï et nous devons sans cesse repousser des attaques au nord, contre le personnel du parc de Virunga », précise encore M. de Donnea. « .

selon des propos rapportés par l’agence congolaise de presse (ACP, officiel).

   « Nous avons déjà perdu 15 gardes cette année. La situation au Haut-Uélé, dans le parc de Garamba, est pacifiée. Mais au parc de Virunga, la présence de milices locales, indépendamment de celle du M-23 qui est aussi extrêmement gênante, nous pose beaucoup de problèmes », a déclaré M. De Donnea, à l’issue de sa rencontre avec le vice-Premier ministre, ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Jean-Pierre Bemba.

   La situation sécuritaire dans les deux parcs était au menu de leurs échanges, a précisé l’ancien ministre belge de la Défense. « L’essentiel de notre discussion a tourné autour des problèmes de l’insécurité au Nord-Kivu, et nous avons voulu informer le vice-Premier ministre Bemba des efforts que fait le parc de Virunga pour contribuer à la sécurisation au Nord-Kivu », a-t-il expliqué.

   Selon des observateurs, le secteur touristique peine à décoller dans l’Est de la RDC à cause de l’insécurité qui frappe presque tous les parcs nationaux, et principalement celui de Virunga.

   M. De Donnea était accompagné par Emmanuel de Mérode, Directeur du Parc national des Virunga, lors de sa rencontre avec le Président de la République démocratique du Congo, M. Félix Tshisekedi.

Regarder le reportage

Retour des rhinocéros dans le Parc national de la Garamba

Ce vendredi 9 juin, 16 rhinocéros blancs, en provenance d’Afrique du Sud, sont arrivés dans le Parc National de la Garamba situé dans le Haut-Uelé en République Démocratique du Congo.

‘Ce transfert fait partie d’une initiative de conservation plus large au sein du Complexe de la Garamba pour restaurer la richesse complète du groupe de mégaherbivores dans le parc après que le dernier rhinocéros blanc du nord a été braconné en 2006 et soit fonctionnellement éteint’ précise le communiqué de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN). D’autres rhinocéros blancs seront transférés dans les prochaines années.

Lire le communiqué de l’ICCN

Crédits photos ICCN

F-X. de Donnea reçu par le Président Félix Tshisekedi

Orpaillage illégal, terroristes du M23 et projet d’accord de coopération entre la RDC et le Soudan du Sud sur les parcs nationaux des Garamba et de Lantoto étaient au menu des entretiens entre le Président Félix Tshisekedi et François -Xavier de Donnea, administrateur du parc des Virunga et président du parc de la Garamba.

François-Xavier de Donnea s’est rendu à Kinshasa en RDC, du 19 au 23 mars 2023 où il a participé à un colloque sur la Transhumance entre le Sahel et le Nord du Congo, organisé par le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo.

Le 23 mars, accompagné de l’ambassadeur du Royaume de Belgique en RDC, Joe Inkedeu, F-X. de Donnea a été reçu en audience par le Président Tshisekedi. Plusieurs sujets importants étaient à l’ordre du jour.

Rencontre avec le Président Félix Tshisekedi

Gestion des parcs nationaux des Garamba et de Lantoto

Ils ont d’abord discuté du projet d’accord de coopération entre la RDC et le Soudan du Sud. Celui-ci a pour but de rendre plus efficace la collaboration et la gestion entre le parc de la Garamba (Haut-Uélé) et le parc de Lantoto au Soudan du Sud, tous deux frontaliers. Le Président Tshisekedi a promis d’appuyer ce projet d’accord avec le Sud-Soudan.

Orpaillage illégal

François-Xavier de Donnea a ensuite exposé au Président le problème de l’orpaillage illégal. Cette exploitation nuisible faite par des étrangers, sous couvert des associations congolaises, utilisées comme paravents, pollue la rivière Kibali, à la limite sud du parc de la Garamba. La situation a retenu toute l’attention du Président.

F-X de Donnea a également pu discuter de cette question avec le vice-ministre des Mines, M. Motemona, pour examiner les mesures à prendre afin de lutter contre ces activités qui dégradent l’environnement.

Terrorisme dans les Virunga

Enfin, François-Xavier de Donnea a expliqué au Président Tshisekedi l’encerclement dont fait l’objet le parc par les terroristes du M23. Il a souligné les efforts de la Fondation Virunga, du Directeur du parc et des gardes de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) qui ont empêché jusqu’à présent les forces du M23 d’occuper les installations stratégiques du parc, telles que la Centrale électrique de Matebe.

A Kinshasa, F-X de Donnea a aussi eu des réunions de travail avec le Directeur général de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, M. Yves Milan Ngangay, concernant la situation dans les parcs des Virunga et de la Garamba.

Les touristes retrouvent le chemin de la Garamba

La réserve naturelle La Garamba accueille ses premiers touristes depuis 1995.

Du 7 au 11 avril, François-Xavier de Donnea, Président de la Garamba, a accueilli le premier groupe de touristes à visiter la réserve depuis 1995. Outre le parc national, ils ont pu découvrir les villes avoisinantes Dungu et Faradje (Haut Uele).

Les 11 Belges étaient conduits par Patrick Masselis, un industriel spécialiste de l’histoire du Congo.

L’ambassadeur de Belgique à Kinshasa s’était joint à eux. Le groupe a été accueilli par les autorités du territoire de Dungu : le chef coutumier et l’administratrice du territoire. Ils ont visité le Château de Dungu construit par un Belge dans les années 1930 ainsi que la ville de Faradje et le parc de la Garamba.

Cette visite est l’amorce d’une relance du tourisme dans le Haut Uele et dans le parc de la Garamba où la sécurité a été rétablie.

Le pont construit avant 1960
Vue de la rivière Dungu dans le parc

Une visite que n’a pas manqué de relayer la presse :

Coopération en vue entre les parcs congolais et du Sud Soudan

JUBA 21 janvier 2022 – François-Xavier de Donnea s’est rendu dans la capitale du Sud Soudan pour s’y entretenir avec le vice-président de la République, M. James Wani Igga ainsi qu’avec le ministre de la Conservation de la Faune sauvage et du Tourisme, M. Rizik Hassan (photo), pour y plaider pour une coopération étroite entre les parcs limitrophes de la Garamba (RDC) et de Lantoto (Sud Soudan).

En effet, les deux parcs sont confrontés aux mêmes menaces d’envahissement et de braconnage par des pasteurs venant du Sahel et du Darfour. Pour F-X. de Donnea une approche commune de ces questions serait des plus constructive.

Les autorités sud soudanaises ont marqué leur accord sur une rencontre à Kinshasa avec leurs homologues congolais en vue de mettre au point un accord de coopération entre parcs limitrophes. (Ph. vue de Juba)

F-X. de Donnea pour l’inscription de Bafwabaka au patrimoine de la RDC

François-Xavier de Donnea se trouvait dans le Haut-Uele (RDC) en ce début 2022 pour présider le Conseil d’Administration du Parc National de la Garamba. A l’invitation du Gouverneur de la Province, M. Christophe Nangaa, il a pu visiter divers projets routiers et piscicoles de la province, ainsi que le site de Bafwabaka. Il s’agit d’une bâtisse imposante noyée dans la nature, construite en 1930 par des missionnaires belges.

Actuellement en rénovation, le lieu est un site de pèlerinage et à terme devrait s’inscrire dans les parcours touristiques de la région. C’est en tout cas ce cas estimé François-Xavier de Donnea qui s’est dit extrêmement impressionné par la plus grande construction du genre qu’il ait jamais contemplée.

« Ce sont des travailleurs congolais qui ont construit tout ceci. C’est un élément important du patrimoine architectural du Haut-Uele ».

F-X. de Donnea
Lire l'article